8m3

La merveilleuse magie de l’illusion

Karl Harb

Salzburger Nachrichten (A)

Nous sommes dans la plus petite des cabane. Didier André et Jean Paul Lefeuvre, que le public du Salzburger Winterfest connaît depuis « le Jardin », n’ont pas besoin de plus de 8m3. C’est également le titre de la « double soirée » qui a été présenté jeudi soir dans les coulisses du grand chapiteau du Winterfest.


Il s’agit de 2 pièces pour artistes solitaires. L’un rêve de la chance perdue du grand jongleur qu’il a été. Sa partenaire l’a quitté après l’échec de leur duo de jonglage, et depuis il regarde cette vidéo en boucle sur une vieille télé. De ses souvenirs surgissent de manière impromptue toute une série de petits moments de magie et d’illusion. Nul besoin de grand apparat pour être bluffant.


Didier André a un regard qui transforme sa solitude en profonde tristesse, mais son visage peut s’émerveiller subitement. Et le voilà qui ressort une petite balle de sa poche, puis une seconde et une troisième, il joue : en toute intimité, de manière très privée, si bien qu’on se sent presque gêné de le regarder dans son minuscule espace : « scène de caravane ». Sa partenaire ne reviendra pas. Mais nous, nous sommes là ! peut-être est-ce là une petite consolation.


Jean-Paul Lefeuvre plonge lui aussi de manière surprenante dans ce minuscule environnement qu’il conquiert laborieusement et consciencieusement. Cette boite scénique n’est pas du tout à la dimension de ce grand échalas. Cela ne l’empêchera d’y intégrer grâce à d’aventureuses contorsions : une longue barre, ou une petite échelle droite, sur laquelle il se balancera avec la légèreté d’un reptile. Un défi à la pesanteur et aux lois de la physique. Un emboitement judicieux de quelques cagettes lui permet de se fabriquer des ailes, qui finissent pas lui ceinturer le haut du corps. Jean Paul Lefeuvre se promène sur une corde souple comme si il flânait au bord de la route, on le voit même s’allonger sur cette corde étroite comme si il avait trouvé le plus confortable des hamacs.


Didier André et Jean-Paul Lefeuvre intègrent à leur façon et avec talent, tout en légèreté et fluidité : les images sur écran et téléviseur de manière interactive, si bien qu’on ne sait plus qui, où, comment : qui est derrière l’image, qui est dans l’image ?


Leur cirque est chargé d’illusions minimalistes. Un petit, un grand, un léger un profond spectacle intimiste – merveilleux !

 

Kulturkritik (CH)

 

Avec l'Atelier Lefeuvre & André, 90mn paraissent étonnement courtes. C’est sans aucun doute un grand art de garder un public captivé aussi longtemps avec un équipement aussi limité.

Les deux artistes y parviennent apparemment sans effort.

 

 

Zürcher Zeitung (CH)

A la fois burlesque, poétique et virtuose… renversant de drôlerie.

Le Dauphiné Libéré (FR)

Tous les deux illuminent leurs "8m3" d'invention, de générosité et d'humour.

L'Est Républicain (FR)

Une heure trente de bonheur dans 8m3 !

Abendzeitung (D)

Et le spectateur est étonné de se rendre compte à quel point il a passé un bon moment

pendant à peine deux heures emplies de charme, d'esprit et d'acrobaties.

Ouest France (FR)

Deux petits joyaux empreints de légèreté et de finesse

qui véhiculent des questionnements existentiels.

Salzburger Nachrichten (A)

Cette pièce est composée de surprises silencieuses, et, tout comme les autres spectacles

de Lefeuvre et André, on y trouve plein de poésie, un slapstick légèrement mélancolique.

Bezirksblätter Salzburg (A)

8m3 est plein de charme et d’humour et on ne voit pas passer le temps.

 

8m3

Chez Moi Circus

Conception et interprétation

Didier ANDRÉ

+

Ni Omnibus

Conception et interprétation

Jean-Paul LEFEUVRE

  • Création 2011

  • Durée 2 x 45 mn

  • 10 mn de pause

  • Spectacle en intérieur

  • Tout public

Spectacle accessible

aux malentendants

 

© 2019 Atelier Lefeuvre & André